Réseau Memorha – rencontre du 4 décembre 2018

 

Le 4 décembre 2018, dans la salle de lecture Michel Foucault du CCFEF, il y a eu un atelier de recherche organisé par le Réseau Memorha en coopération avec le Centre. C’était une rencontre entre les historiens français et les scientifiques polonais au sujet des mémoires et des politiques mémorielles en Pologne autour de la seconde guerre mondiale.

D’après son site, le réseau Mémorha est une association qui regroupe, en Rhône-Alpes, lieux et territoires dédiés à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ainsi que des chercheurs en sciences humaines et sociales. Ce réseau s’est donné pour mission première d’engager une réflexion sur les enjeux contemporains de transmission de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, sur les nouvelles formes de manifestations mémorielles et sur leur représentation dans l’espace public, à l’échelle locale (quartier, ville village), mais aussi à l’échelle régionale (territorialisation des mémoires). Il est également un espace d’échange d’expériences scientifiques et professionnelles, qui associe, dans une démarche comparative, des structures mémorielles européennes (Allemagne, Catalogne, Italie, Suisse). Réseau Mémorha propose chaque année un programme d’activités, séminaires et journées d’étude ouverts à tous les publics. Des voyages d’études dans différents pays européens sont également organisés pour les professionnels des lieux de mémoires et pour les chercheurs.

 

 

8.30 Accueil au CCFEF, café croissant

Dr Nicolas Maslowski, directeur du CCFEF (Centre de Civilisation Française et d’Etudes Francophones de l’Université de Varsovie).

Prof. Marek Kornat, historien membre de l’Institut d’histoire polonaise de l’Académie des Sciences. Présentation du livre « La Seconde Guerre mondiale. Une histoire qui ne veut pas passer ».

Dr Valentin Behr, docteur en Sciences politiques, CCFEF. Représentations de la Seconde Guerre mondiale dans la politique historique polonaise.

Prof. Grzegorz Berendt, directeur Musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk.

Dr Aneta Nisiobęcka, historienne, chercheure à l’Institution de la Mémoire nationale, titulaire d’une thèse sur le retour des Polonais de France en Pologne entre 1945 et 1950.

 

12.00 – 13.00 Déjeuner

 

13.00 Reprise

Dr Audrey Kichelewski, La Pologne et les Juifs, 1945-2018.

Dr Paweł Dobrosielski, anthropologiste, philosophe, membre du groupe de recherches de la mémoire de l’Holocauste de l’Institut polonais de la Culture de l’université de Varsovie « mémoire collective et discours sur l’Holocauste ».

Prof. Piotr M. Majewskiancien directeur adjoint Musée de la Seconde Guerre mondiale, Gdansk. Professeur associé à l’Université d’Histoire de Varsovie.

 

15.30 Visite de l’Institut Historique Juif d’Emanuel RingelblumRencontre avec son directeur Prof. Paweł Śpiewak.

 

 

 

LISTE INTERVENANT.E.S

 

Dr Valentin BEHR

Docteur en science politique de l’Université de Strasbourg. Actuellement chercheur à l’Université de Varsovie (Centre de civilisation française et Institut d’études sociales Robert Zajonc), il est également chercheur associé au laboratoire SAGE (CNRS et Université de Strasbourg). Sa thèse de doctorat était consacrée à l’étude socio-historique (de 1945 à 2015) de l’historiographie de la période 1939-1989 en Pologne. Elle montre comment le travail des historiens polonais du temps présent est confronté à différents types de contraintes politiques. Les recherches de Valentin Behr portent sur la sociologie des intellectuels et des élites, la sociologie des sciences sociales et des idées, les politiques historiques et de mémoire, ainsi que l’historiographie du communisme et de la Seconde Guerre mondiale en Pologne.

 

Dr hab. Grzegorz BERENDT, professor of the University of Gdańsk

Deputy Director of the Museum of the Second World War in Gdańsk, Poland

Grzegorz Berendt was born in 1964. He has been associated with the Institute of History of the University of Gdańsk, Poland, since 1985. As a historian, he has conducted research on the history of Polish Jews and other groups of Gdańsk Pomerania's population in the 20th century. He is the author of approximately 90 scientific publications and over 30 popular science publications. His scientific achievements include three independent monographs and the co-authorship of seven books. He has investigated the history of the Gdansk region. His recent scientific projects focus on the extermination of Jews and Polish-Jewish relations during the Holocaust. 

He has also conducted archival and library research alla cross Europe, in Israel, and the United States. He is a member of the Polish Historical Society, the Gdańsk Scientific Society and the Kashub Institute. He is the chairman of the Stutthof Museum Council and a member of the Auschwitz-Birkenau Museum Council, the Scientific Council of the Jewish Historical Institute and the Historical and Program Collegium of the European Solidarity Centre. 

In the years 2002-2007 G. Berendt was the head of the Postgraduate History Study at the Faculty of Philology and History of the University of Gdańsk. In October 2006, he took up the job at the Gdańsk branch of the Institute of National Remembrance-KŚZpNP. There, he coordinated the INDEX scientific project, dedicated to Polish citizens who were repressed by the German Nazi invaders for helping Jews. 

In October 2008, the President of the Institute of National Remembrance entrusted him with the position of Head of the Branch Office of Public Education of the Institute of National Remembrance-KŚZpNP in Gdańsk . During the period of office he launched, among others, the so-called branch publishing series. To date, more than 50 volumes have been published. At the beginning of 2014, he focused mostly on scientific research on the extermination of Jews in the Borderlands of the Second Polish Republic. From the beginning of January to the end of April 2017, he was the Head of the Branch Office of Historical Research of the Institute of National Remembrance in Gdańsk.

Since May 2017, Grzegorz Berendt holds the post of the Deputy Director of the Museum of the Second World War in Gdańsk, Poland.

 

Dr Audrey KICHELEWSKI                                                              

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, docteure et agrégée en histoire, Audrey Kichelewski est maitresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg, membre de l’EA 3400 ARCHE (Université de Strasbourg) et du GDR Europe centrale dirigé par Antoine Marès (Paris I). Ses travaux portent sur l’histoire des Juifs polonais et de la mémoire de la Shoah, en France et en Pologne. Elle a publié de nombreux articles et sa thèse sur l’histoire des Juifs de Pologne depuis 1945 a été étendue et publié chez Belin en 2018 sous le titre Les Survivants. Les Juifs de Pologne depuis la ShoahPage internet professionnelle : http://ea3400.unistra.fr/index.php?id=http13079201195indexphp

 

Prof. Marek KORNAT

Historien, soviétologue, essayiste, directeur du Département d’histoire de la diplomatie et des systèmes totalitaires à l’Institut d’histoire de la Pologne de l’Académie polonaise des sciences et professeur de l’Université Cardinal Stefan Wyszyński à Varsovie.

 

Prof. Piotr M.MAJEWSKI

Associated professor at the University of Warsaw. In 2009-2017, he was deputy director of the Museum of the Second World War in Gdańsk, Poland, where he was responsible for development of the permanent exhibition. Piotr M. Majewski is an expert in modern Central-European history. His scientific interests have been primarily focused on the history of Czechoslovakia and Czech lands and on the Czech-German relations in 19th and 20th century. He has also dealt with studies on commemoration of the Second World War and its musealisation.

 

Dr Nicolas MASLOWSKI

Directeur du Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie. Sociologue, politiste. Il est actuellement maître de conférences détaché de l’Université Charles de Prague (Département de sociologie historique). Il enseignait aussi auparavant à l’Université d’économie (Prague) les relations internationales et la diplomatie. Ancien élève de l’IEP de Paris, il a soutenu son doctorat (2009) à l’université de Paris X - La Défense Nanterre. Il travaille sur l’Europe Centrale, le communisme et le post-communisme, les relations internationales ainsi que la sociologie historique de la reconnaissance, récemment sur les migrations, la sécurité en Europe et la memoire collective.

 

Dr Aneta NISIOBĘCKA

Chercheure associée du CCFEF. Diplômée de l’Institut d’Histoire et de l’Institut de Bibliologie et de l’Information Scientifique de l’Université de Varsovie, docteure en sciences sociales, spécialisation sciences politiques. Sa thèse dedoctorat, basée sur les sources inconnues des archives départementales en France, était consacrée au retour des Polonais de France en Pologne après la seconde guerre mondiale et à leur adaptation lors la période stalinienne. Ses recherches se concentrent sur l’histoire des relations franco-polonaises et sur l’histoire de l’émigration polonaise en France au XXe siècle. Elle travaille en tant qu’archiviste spécialiste et conseillère aux Archives de l’Institut de la Mémoire Nationale (IPN).

 

Prof. Paweł ŚPIEWAK

Director of JHI, sociologist and historian of ideas, for long years Professor of Warsaw University, Dept. Sociology.

 

 

 

LISTE PARTICIPANT.E.S

 

Corinne BONAFOUX

Enseignante-chercheuse en histoire contemporaine. Dispense un cours sur l'historiographie de la Shoah, coorganisatrice pour Mémorha d’une journée sur les Justes et une autre sur le sauvetage des juifs en Rhône-Alpes et en Europe. Accompagnatrice pendant plusieurs années des groupes d'enseignants du second degré à Yad Vashem pour des séminaires de formation.

 

Dominique CHEVALIER

Maîtresse de Conférences-HDR en géographie. Travaille sur les différentes spatialisations des mémoires et plus particulièrement des mémoires douloureuses. A publié "Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah", 2017.

 

Pascal GUYON

Professeur agrégé d'Histoire-Géographie au Lycée Alain Borne (Montélimar, Drôme). Doctorant à l'Université Grenoble Alpes. Il mène des recherches sur les mémoires des bombardements de 1944 en Moyenne et Basse Vallée-du-Rhône. Président de la Régionale de Grenoble de l'Association des Professeurs d'Histoire-Géographie, membre de plusieurs associations patriotiques et de mémoire (A.N.A.C.R., Association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation en Ardèche, Association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation en Isère, Patrimoine, Mémoire et Histoire du pays de Dieulefit).

 

Philippe HANUS

Historien, coordinateur scientifique de Mémorha, chercheur associé au LARHRA (Laboratoire Recherche Historique Rhône-Alpes). Histoire des trajectoires migratoires des Italiens vers la France (1945-1960) ; Histoire et mémoire des maquis (en particulier du Vercors) ; Formes d’expressions culturelles des descendants d’immigrés (France années 1980).

 

Laure PIATON

Directrice du Centre du patrimoine Arménien de Valence, un centre d’interprétation public dédié à l’histoire des migrations, des conflits contemporains et des génocides

 

Laurence PREMPAIN

Historienne, chercheure associée au LARHRA à Lyon (LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) et au CCFEF de Varsovie (Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones), membre du réseau Mémorha. Spécialiste des migrations polonaises et juives polonaises en France de l’entre-deux-guerres à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Intérêt pour les stratégies de vie et de survie, approche par le genre. Organisatrice d’expositions (histoire et bande dessinées) et de conférences.

 

Anne SAVIGNEUX

Anne Savigneux, militante associative (en particulier amicales de déporté(e)s). Travaille sur les femmes déportées de France, et en particulier les prostituées déportées de France.

 

Florence SAINT CYR GHERARDI,

Responsable du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Ain à Nantua. C’est un musée géré par le département de l’Ain, récemment rénové, qui a rouvert en septembre 2017 après deux années de travaux de mise en accessibilité et de refonte complète du parcours de visite.  La persécution, le sauvetage des Juifs dans l’Ain, la mémoire, les Justes font partie des thématiques développées dans le musée. Il s’agit de valorisation d’un travail de recherche effectué par Pierre-Jérôme Biscarat.

 

Olivier VALLADE

Ingénieur CNRS, historien, Représentant légal de Réseau Mémorha.

 

Elina VANAMO

Enseignante d'histoire et de géographie à l'Ecole européenne d'Helsinki depuis 2011, maîtrise en histoire politique (Université d'Helsinki). Centres d'intérêt : les migrations, les droits de l'homme, la prévention de la radicalisation, les usages politiques du passé.

 

 

 

 

Nous vous invitons à consulter le compte rendu du voyage du Réseau Memorha.

FaLang translation system by Faboba